Un Mini Fastnet difficile à digérer...


Déception, frustration...Rebondir ! 

Notre 40ème course à chacun sur le circuit Mini et, respectivement, notre 9ème et 10ème Mini Fastnet pour Thibault et moi. Avec des statistiques comme celles-là, nous voulions fêter cette longévité par un podium.

Au passage du Fastnet, c'était encore plus que jouable mais le sort et un changement de voile pas assez rapide en ont décidé autrement.
Après un départ très moyen, nous réussissons quelques bons placements le long de la pointe bretonne et du chenal du Four pour entamer la traversée de la Manche en 8ème position. (en écoutant d'une oreille la qualification des Diables rouges :)
Après une traversée de la Manche tranquille, nous continuons à grappiller des places en faisant du rase-cailloux le long de la côte anglaise. Après un arrêt net sur un casier de pêcheur dont nous avons eu toutes les peines du monde de nous débarrasser, nous voilà en 5ème position pour commencer la traversée de la Mer d'Irlande.
Le début de notre montée vers l'Irlande se fait au "reaching", allure que Netwerk apprécie particulièrement. Nos concurrents s'en rendent compte rapidement puisque, pendant la nuit, nous progressons jusqu'à la 2ème place.
Un passage de dorsale plus tard (pas beaucoup de vent ou pétole totale) et les cartes sont redistribuées.  Les trous de vents sont nombreux et notre approche du Fastnet est d'une lenteur exaspérante.
Nous passons quand même le mythique phare en 5ème position à portée de fusil du podium.
Nous sommes plutôt confiants, notre retard sur les 2ème et 3ème est minime et rend le podium accessible. Nous savons qu'après une énième transition pétoleuse (passage d'un front orageux peu actif) le vent devrait rentrer et favoriser notre potentiel jusqu'à l'arrivée.

Sauf que, ça ne s'est pas passé comme ça. Un changement de voile un peu tardif et un gros manque de bol nous plongent dans un cauchemar éveillé, une punition pas vraiment méritée. Alors que nous bataillions pour la 3ème place, nous nous faisons bloquer sous un nuage qui aspire le peu de vent présent. A quelques milles, nous apercevons nos concurrents directs puis, l'ensemble de la flotte qui nous dépassent! Nous ne pouvons ni reculer, ni avancer et nous regardons ce désastreux spectacle sans pouvoir combattre.
Quand le nuage nous relâche enfin - quatre heures plus tard! - nous avons dégringolé à la 17ème place du classement!
La suite est un long chemin de croix. Nous avons un angle de vent moins favorable et la perte de temps est trop importante pour espérer un bon classement.
Nous passons la ligne à la 14ème place de notre pire Mini Fastnet, remplis de frustration.


S.A.S : S.O.S !

L'objectif est maintenant de tourner la page et de rebondir rapidement vers les Açores, le grand rendez-vous de l'année qui partira le 20 juillet des Sables d'Olonne, pour un mois de course en solitaire.
Le budget nécessaire pour ma participation à cette grande course mythique (Les Sables-les Açores-les Sables) n'est actuellement pas bouclé. En ce moment, Netwerk est hors de l'eau, dans l'attente de possibilités de financement. Je prépare néanmoins le bateau avec soin, dans l'espoir de trouver un partenaire qui me donnera la possibilité de m'aligner au départ. Cette participation me permettra de tenter une performance sur cette course, mais aussi d'assurer un podium au ranking mondial et au Championnat de France.
Je n'aimerais pas terminer la saison sur cette contre-performance et encore moins ne pas être au départ aux Sables d'Olonne.
Share on Google Plus

Sailing Jonas Team Jess Martens

En direct de nos PC, nous vous tenons informé de l'artualité de Jonas. Pour suivre Jonas en direct, connectez vous sur son compte Twitter, présent dans le menu du haut.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire